Spécial Halloween : Brachypelma hamorii (ex smithi)

On connaît tous au moins une personne qui a peur des araignées, et il nous arrive de nous moquer quand elles sont toutes petites, mais lorsqu’on parle de mygales, c’est tout de suite moins une bonne blague.

Rose-Haired Tarantula

Ici ce n’est pas une Brachypelma hamorii, et cette photo a été prise par Mehgan Murphy, Smithsonian’s National Zoo.

Si vous y tenez tout de même, je vais vous expliquer comment en élever une.

Législation

Avant de débuter, je tiens à vous rappeler que posséder une mygale implique de grandes responsabilités.

La Brachypelma hamorii est très populaire, en effet cette espèce a été capturée en grand nombre pour la vente d’animaux de compagnie. Dût à ce fait et à la destruction de son habitat naturel, elle a disparu dans un grand nombre de régions. Et en 1985, elle a été nommée à l’annexe II de la CITES. Il s’agit d’ailleurs de la première espèce de cette famille à y rentrer.

Elle est donc désormais soumise à une législation spécifique.

Il va vous falloir passer un CDC (Certificat De Capacité) et aussi obtenir une autorisation des services vétérinaires de votre département pour le maintien de cette espèce.

Vous avez bien compris que c’est une espèce protégée donc réfléchissez bien avant de vous en procurer une, et surtout renseignez-vous sur tous les détails.

Maintenant que vous êtes au courant des lois, je ne peux plus être tenu responsable si vous veniez à les ignorer.

Brachypelma hamorii

La Brachypelma hamorii est la populaire de la famille des Theraphosidae. Cette mygale est calme et docile et ne se montre que très rarement agressive. Cependant on dit qu’elle “bombarde”, en fait elle frotte ses pattes arrière sur son abdomen afin de projeter un nuage de soies urticantes.

Il est fort possible que vous la connaissiez sous un autre nom : Brachypelma smithi, en effet pendant de longues années, cette espèce a été mal identifiée car elle avait été décrite précédemment en tant que Brachypelma hamorii, mais lors de sa découverte a été identifié un mâle immature et non une femelle comme il aurait pu croire, résultat, une mauvaise identification scientifique.

Brachypelma Smithi

Si elle venait à vous mordre, ne vous inquiétez pas, son venin sur une échelle de dangerosité serait à 1/5. Néanmoins la morsure peut entrainer les symptômes suivants : Douleur au point de l’inoculation, sensation de brûlure et de fourmillement et/ou engourdissement et/ou diarrhée et/ou sueurs et/ou vomissement qui s’estompe en moins de 48 heures.

Son corps (sans les pattes) fera entre 4 et 6 cm. Adulte, elle peut atteindre une envergure totale d’environ 15 cm.

La maintenance de Brachypelma hamorii

Matériel nécessaire :

Un terrarium de 30 x 30 x 30 semble de taille adéquate, c’est une mygale terricole donc elle grimpera assez rarement.

Un moyen de chauffage avec thermostat, la Brachypelma hamorii préfère une température plus élevée que d’autres mygales. L’idéal serait 25-27°C le jour et 22°C la nuit.

Une couche de substrat, je dirais à la louche 10cm de hauteur de tourbe blonde semblerait un bon début. Cette mygale va creuser un terrier et donc il lui faut un peu de matière pour faire ceci.

Une cachette, il lui faut un peu d’intimité tout de même, la meilleure solution est de placer cette cachette au-dessus de l’entrée de son terrier afin de la “dissimuler”.

Un abreuvoir toujours avec une réserve d’eau propre, la Brachypelma hamorii boit régulièrement, gère son hydrométrie et même se “baigne” parfois.

Des proies vivantes, stop, pas tout le temps, une fois par semaine lors de la croissance puis ensuite tous les 10-15 jours lorsqu’elle a atteint l’âge adulte. Les proies seront évidemment adaptées à sa taille. Des exemples de proies seraient blattes, criquets et grillons.

Brachypelma smithi

Longévité :

Si vous ne connaissez pas ses bêtes, essayez donc de me dire combien de temps une mygale comme celle-ci peut vivre.

  • 1 an ?
  • 3-5 ans ?
  • 10 ans ?
  • PLUS ENCORE ?

La réponse est “PLUS ENCORE”. Une espèce comme la Brachypelma hamorii peut vivre plus de 20 ans. En effet elle prend 3 à 5 ans pour devenir adulte, ensuite le mâle vivra 1-2 ans, et la femelle elle vivra 10-15ans supplémentaires.

C’est donc un engagement long terme de garder une mygale chez soi.

Entretien :

Rien de bien compliqué, il suffira de retirer les restes de repas avec une pince, et veiller à ce que l’abreuvoir soit toujours propre et plein.

Mue :

Si votre mygale se retrouve sur le dos à gesticuler, il est possible qu’elle prépare tout simplement une mue, dans ce cas laissez la faire, vous ne pourrez pas l’aider, même vous la dérangeriez.

Après la mue laissez la 2 semaines sans manger car ses pièces buccales seront encore molles et donc il y a un risque qu’elle se blesse en attrapant la proie, si ceci arrive elle ne pourra plus manger, et donc elle mourra, on voudrait éviter ceci.

Conclusion :

Brachypelma smithi

La Brachypelma hamorii est une bonne espèce de mygale pour débuter, la reproduction est courante en captivité donc celle-ci se trouve aisément en NC (né en captivité).

C’est une espèce protégée donc veuillez respecter la loi avant de vous lancer dans des aventures folles.

Ne jamais manipuler une mygale pour le plaisir car ceci est une source de stress pour elle et ce n’est pas sans dangers pour vous.

 

N’oubliez pas de passer un joyeux Halloween, mangez plein de bonbons puis passez chez le dentiste. Ne faîtes pas trop de cauchemars, c’est une grosse bête mais il n’y a pas de raisons d’avoir peur.

Si cet article t’a aidé à mieux comprendre et élever les petites bestioles, n’hésite pas à me suivre sur ce blog et sur les réseaux sociaux afin de ne pas louper un seul de mes articles, si tu as une question, pose la dans les commentaires et rendez-vous toutes les semaines pour un nouvel article !

 

Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *