Ma passion, élever des insectes, mon défi, vous aider a mieux les élever.

Quand on est enfant, aller dehors jouer dans la boue, courir après les papillons, se pencher au-dessus des insectes, ramasser des escargots, tout ça, on adore.

Papillon

Malheureusement, petit à petit, on perd ces centres d’intérêts, on se pose devant la télé, on a peur de se salir, au final, tout ça ne nous passionne plus.



Mon parcours


Etant enfant je vivais en Angleterre, et j’étais passionné par ce qu’ils appellent “Creepy Crawlies” en gros, tout ce qui fait peur et ce qui grouille. Et dans un jardin si l’on cherche bien il y en a partout ! Ne vous inquiétez pas, nos araignées ne sont pas aussi grosses.

Brachypelma Smithi

Et donc moi mon rêve était de les élever et d’en faire mon métier.

Malheureusement, plus les années passaient, plus je me retrouvais enfermé dans un système scolaire qui ne me convenait pas. Comme beaucoup je me suis retrouvé perdu et sans aucun but précis mis à part finir l’année et passer dans la classe supérieure, voir où la vie me mènera.

Un jour, ma mère et moi étions posés devant la télé et nous sommes tombés sur un reportage sur les insectes comestibles. Ma mère a tout de suite su me captiver et m’a proposé d’aller acheter mes premiers insectes de compagnie, des vers de farine.

J’ai donc élevé dans des tiroirs à chaussettes des vers de farine pendant plusieurs années en faisant quelques expériences culinaires pour ma famille et mes amis. Il y avait des convaincus, d’autres totalement dégoûtés, pour ma part, je faisais partie des convaincus.

C’est à ce moment que j’ai compris que mes rêves étaient encore réalisables et donc je repartais dans ma quête à la possibilité de devenir éleveur d’insectes professionnel.

J’ai donc commencé mes recherches, comment est-ce que je pouvais atteindre cet objectif ?

J’ai demandé autour de moi, et tout le monde m’a dit : “Tu peux être vétérinaire, soigneur dans un zoo…” etc.

Ce qu’ils ne comprenaient pas, c’était mon intérêt très particulier pour les insectes et non pas pour les animaux en général.

Hymenopus Coronatus (2)

Plus le temps passait, et plus je me rendais compte que le métier d’éleveur d’insectes était quasi inexistant en France. Je voulais donc monter ma propre entreprise d’élevage d’insectes comestible.

Pour cela, le parcours que j’avais en tête était de finir mes années de lycée, faire une prépa agronomie / vétérinaire (BCPST) en vue d’entrer dans une école d’ingénieur agro et en parallèle élever des insectes chez moi, voire peut-être réussir à monter une mini entreprise depuis ma chambre.

Finalement, tout ne s’est pas passé comme prévu, nous avons voulu faire des travaux dans ma chambre pour mieux m’installer, soudainement, moi et mes insectes nous vivions dans la chambre de mon frère qui n’était pas du tout ravi. Mes années de lycée m’ont totalement dégoûté de l’éducation, je n’avais pas envie de rester assis à travailler sur des théorèmes dont je n’aurais pas l’utilité, je voulais être au côté de mes insectes et j’étais devenu impatient.

Bilan j’ai tout arrêté. J’ai quitté l’école en début de mon année de terminale et j’ai loupé mon bac en candidat libre, j’ai passé un an et demi à ne rien faire, à rêver des projets, à essayer de trouver des solutions, j’avais commencé à perdre espoir.

En Septembre 2016, je suis d’abord allé, avec ma grand-mère, rencontrer, au Museum d’Histoire Naturelle à Paris, des scientifiques qui ont accepté de discuter avec moi, puis les adhérents de la Société Entomologique Française. Mais toutes ces personnes n’avaient pas la même façon que moi de voir les choses, eux ils étudiaient les insectes, principalement morts, moi je voulais les élever et pas simplement les regarder à travers un microscope.

Je suis aussi allé au salon de l’entomologie à Juvisy-sur-Orge où j’ai rencontré Hervé Guyot, le responsable des élevages de l’Office pour les Insectes et leur Environnement (Opie). Il se trouvait qu’il cherchait un stagiaire pour aider leur éleveur.

Opie

C’était l’occasion idéale de me lancer ; un stage de 2 mois dans le milieu où je voulais travailler, j’allais pouvoir tester si élever des insectes à plus grande échelle me plaisait vraiment et aussi apprendre énormément.

Novembre 2016 je suis rentré à l’Opie en tant que stagiaire, et pour la fin de l’année, j’ai appris que Ludovic, le technicien d’élevage qui me formait durant mon stage, avait d’autres ambitions et souhaitait quitter l’Opie. Il laissait donc le poste d’éleveur vacant. J’ai donc été sollicité afin de savoir si j’étais intéressé par ledit poste, et moi, et bien j’ai tout de suite accepté.

C’est donc depuis Février 2017 que je suis fier technicien d’élevage à l’Opie et que tous les jours je nourris ma passion en m’occupant de l’élevage d’insectes.

Mon défi

Je me lance donc le défi d’aider tous ceux qui souhaitent, comme moi élever des insectes chez eux.

Il y a 52 semaines en 1 année, je vais donc vous présenter, chaque semaine, un petit élevage à réaliser à la maison.

Si toi aussi tu veux élever des insectes ou d’autres créatures improbables chez toi, n’hésite pas à me suivre sur ce blog et sur les réseaux sociaux afin de ne pas louper un seul de mes articles et d’être au point sur les élevages et trouver ceux qui te correspondent le mieux.

Et si tu as envie d’un article sur un élevage en particulier, laisse moi savoir dans les commentaires !

Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    2
    Partages
  •   
  • 2
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *