Elevage de fourmis : Messor barbarus

Quand on pense élevage de fourmis, souvent on pense aux fourmis des jardins, Lasius niger (sp noire pour être exacte) mais je vais vous présenter une autre espèce qui est beaucoup plus impressionnante et particulièrement adaptée aux débutants : Messor barbarus.

Messor barbarus

On retrouve Messor barbarus aux pourtours méditerranéens (dont en France) !

C’est une espèce monogyne, c’est-à-dire qu’il n’y a qu’une seule reine qui mesure environ 14mm puis oligogyne parmi les grosses colonies, c’est à dire plusieurs reines séparées : si elles se retrouvent elles s’entre-tuent. A la fondation, la colonie peut rarement former une pléométrose c’est à dire plusieurs reines qui fondent ensemble puis une seule est sélectionnée par les ouvrières. La colonie peut atteindre entre 50.000 et 80.000 individus qui sont divisés en 2 castes principales. Les ouvrières, plus nombreuses, la caste basique qui fait toutes les petites tâches. On retrouve aussi les major, ce sont des grosses ouvrières qui ont un rôle différent, elles vont pouvoir ramener les plus grosses graines, les casser et même défendre la colonie, elles sont presque aussi grosses que la reine, parfois elles le sont même plus ! L’espèce étant grandement polymorphe et subissant un dimorphisme continu, on retrouve des ouvrières de toute taille entre les minor de quelques millimètres et les majors atteignant le centimètre.

L’élevage de Messor barbarus

Matériel nécessaire :

  • Un nid : C’est l’endroit où vont vivre les fourmis, cette espèce fait des réserves de graines il lui faudra donc des grosses alvéoles sèches avec beaucoup de place et d’autres humides pour le couvain, on utilise en général 30 à 50 % de la surface du nid humide. Il faut éviter de fournir un nid trop grand au départ, il est préférable d’agrandir au fur et à mesure. En quelques années la colonie peut atteindre une dizaine de milliers d’individus donc il ne faut pas se laisser surprendre malgré que le développement soit assez prévisible n’étant pas des plus explosifs.
  • Une aire de chasse : C’est l’endroit où les fourmis vont aller chercher leur nourriture et leur monde extérieur, tout le monde a besoin de se dégourdir les jambes, on s’en est bien rendu compte pendant ces dernières périodes difficile de confinement.
  • Une reine : Il est possible d’acheter une fondation de colonie directement en ligne et se la faire livrer chez soit à moindre coût. Des fois elle est même livrée avec la première portée d’ouvrières. Sinon, il est possible de passer par des particuliers. Attention à toujours choisir une reine avec des larves au moins ou, au mieux, avec des ouvrières et du couvain de tout stade pour s’assurer que la gyne soit fécondée.
  • Une source de nourriture : Les Messor barbarus se nourrissent en grande majorité de graines variées, il va donc falloir leur en fournir pour qu’elles puissent les stocker et les manger à leur rythme, mais il est également conseillé de fournir aussi un petit complément de protéines qui peut être apporté par le biais de petits insectes morts (vers de farine, blatte, grillon…) de préférence passés 48h au congélateur pour éviter les acariens suceurs d’hémolymphe qui tueraient la colonie.
  • Un abreuvoir : Il est pas forcément facile d’apporter une source d’eau aux fourmis sans les noyer, vous pouvez laisser un coton imbibé d’eau en permanence, mais ce n’est pas toujours facile à gérer donc je recommande personnellement un abreuvoir à fourmis que vous pouvez trouver en ligne ou un tube à essai similaire aux tubes de fondation mais remplis entièrement.
  • Un anti-évasion : Une fourmi est petite et donc à tendance à se balader et à s’enfuir. Pour éviter ceci, il y a 2 principaux moyens :
  1. De l’huile de paraffine, n’oseront pas à s’aventurer dessus mais elles peuvent y coller des déchets pour finir par passer si la colonie est beaucoup trop grande pour l’air de chasse.
  2. Du talc, les fourmis vont s’accrocher aux petites particules et tomber avec. Au bout de quelques mois le talc s’épuisera et il faudra en remettre, attention si la colonie est trop grande pour l’air de chasse le talc s’épuisera vite.

L’installation :

Durant les premiers mois de sa vie, la reine va fonder sa colonie seule, dans un espace clos. En général dans les élevages elle est isolée dans un tube à essai avec un coton à moitié trempé dans l’eau et ce tout l’hiver jusqu’au printemps.

Une fois les première ouvrières apparues et actives, il va être possible de les installer dans leur premier nid, essayez de les installer dans un nid assez petit pour commencer car si il est trop grand cela va stresser les fourmis. Je conseille les petits nids, maximum deux à trois petites salles, avec une aire de chasse intégrée pour limiter l’espace total et ne pas trop fatiguer les ouvrières qui font un travail difficile de fondation !

Une fois la colonie bien installée et que vous commencez à avoir une bonne population, c’est à ce moment que vous allez sûrement vouloir les installer dans un nid à part de votre aire de chasse, vous pouvez relier le tout par des petits tubes et les voir se déplacer. 

La température :

Les Messor barbarus aiment une température avoisinants les 26 à 28°C le jour et température ambiante la nuit. Il est tout à fait possible de les élever à température ambiante toute l’année comme le font beaucoup d’éleveurs.

En période hivernale, ce n’est pas obligatoire selon la provenance l’espèce étant considérée comme semi-endogène, mais pour un meilleur développement de la colonie et éviter de potentiels soucis, une diapause semble s’imposer. Elle dure de fin octobre à début mars ou vous installerez vos fourmis vers les 10-15°C mais il est parfaitement possible de descendre aussi en dessous, attention aux températures en dessous de 5°C.

La nourriture :

Cette espèce mangera en grande majorité des graines de toutes sortes, bien-sûr non traitées et non cuites. Il leur faudra néanmoins un apport protéique pour nourrir les larves. Vous pouvez leur donner régulièrement des petits insectes morts (grillons, vers de farine, blattes ou autre…).
N’hésitez pas à leur donner beaucoup de graines tout en évitant un surplus attirant moisissures et germinations. En effet, elles entreposent leurs provisions dans leur nid. Celles-ci seront gérés par les ouvrières pour éviter la germination et les moisissures. Avec ces graines et ces protéines les Messor barbarus vont fabriquer du « pain de fourmis » qui va servir à nourrir la colonie et en particulier les larves.

Pour ce qui est du choix de variétés de graines, beaucoup sont acceptées (blé, lin, quinoa, avoine…) vous pouvez vous procurer tout simplement des mélanges de graines pour oiseaux en faisant attention aux grosses graines surtout pour les petites colonies sans majors.

L’hivernage :

L’hiver arrive vite et étant une espèce semi-endogène, la diapause est fortement recommandée. La reine arrêtera de pondre, l’activité de la colonie sera très largement réduite. Dans la nature, l’hivernage s’effectue plus ou moins de fin-octobre à mars. En élevage il est conseillé de faire au moins 3 mois de diapause à une température aux alentours de 10-15°C. Il ne sera pas nécessaire de les nourrir pendant cette période, néanmoins n’oubliez pas de leur donner une bonne dose à manger avant pour qu’elles se constituent des réserves. Si leurs réserves de graines diminuent dangereusement, il faudra leur en redonner.

L’humidité :

Au niveau du nid, il sera important d’avoir un gradient d’humidité, une partie un peu humide avoisinants les 60% afin de pouvoir faire le « pain de fourmis » et une partie plus sèche aux environs de 30% (sans humidification) pour qu’elles puissent entreposer leurs graines au sec.
Au niveau de l’aire de chasse il n’est pas nécessaire de l’humidifier, un simple petit point d’eau pour s’hydrater suffira.

Quel nid pour vos Messor barbarus ?

Les Messor barbarus sont assez imposantes et peuvent facilement creuser, il est donc important de leur offrir un nid adapté. 

Le nid doit avoir une profondeur minimum d’environ 1 à 1.5cm, sinon les majors et la gyne ne pourront pas se déplacer. N’hésitez pas à faire les salles totalement sèches plus grandes pour les gaines.

Étant donné que les fourmis vont creuser facilement le matériel trop friable, il faut éviter tous les nids en béton cellulaire non blindé, je préconise plutôt des nids en mortier, ciment, matériel « industriel » ou du béton cellulaire blindé parfaitement au mortier colle pour béton cellulaire.
Vous pouvez trouver différents types de nids sur internet, demandez au vendeur ou en commentaire si il serait adapté.

Si malgré tous mes précieux conseils il t’arrive toujours des ennuis, n’hésite pas à me poser des questions dans les commentaires. Tu peux également aller lire mon article sur les Lasius niger qui sont une autre espèce d’élevage très simple. Aussi, n’oublie pas de me suivre sur ce blog et sur les réseaux sociaux afin de ne pas louper un seul de mes articles. Rendez-vous bientôt pour un nouvel article !

Remerciements :

Je tiens à remercier hffbu pour ses photos qui ont permis d’illustrer cet article ! Vous pouvez le retrouver sur Instagram @hffbu_

Si vous cherchez des fourmis et tout le matériel nécessaire pour l’élevage, n’hésitez pas à consulter Fourmis Home, un site spécialisé dans l’élevage de fourmis !

Partagez l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.