Élevage de phasmes : Peruphasma schultei

Vous connaissez sûrement les phasmes bâtons classiques, aujourd’hui je reviens vers vous avec une espèce assez unique, entièrement noire, les yeux jaunes et des ailes rouges. Le Peruphasma schultei, dans son milieu naturel ne se trouve que dans une localisation de 5 hectares, mais on commence à le retrouver dans beaucoup d’élevages amateurs. Elle n’a été découverte qu’en 2005, donc nous sommes les précurseurs de l’élevage de cette espèce.

L’ÉLEVAGE

MATÉRIEL NÉCESSAIRE :

  • Un terrarium : A titre indicatif un terrarium de 30*30*45cm peut accueillir une colonie de Peruphasma schultei, mais vous pouvez vous en procurer un plus petit pour quelques individus ou un plus grand, c’est vraiment à vous de voir.
  • Nourriture : Pour les Peruphasma schultei je recommande une base de troène qui est disponible un peu partout mais on peut également utiliser d’autres plantes telles que : l’olivier, le lilas, le chèvrefeuille et un peu de ronces. Vous pouvez également utiliser du schinus qui est leur plante hôte naturelle. Vérifiez donc que vous avez à proximité de chez vous au moins du troène et potentiellement d’autres plantes (en période estivale) afin de pouvoir nourrir vos phasmes.
  • Un pot de confiture : L’idée est d’avoir un pot vide qui servira de réserve d’eau et de trouer le couvercle afin d’y mettre le branchage. Pour le percer, on prend un sécateur, on l’enfonce, et on le tourne, la première fois c’est difficile, mais avec un peu d’entrainement on y arrive, donc ne vous inquiétez pas si ce n’est pas parfait. Demandez de l’aide à un adulte si nécessaire, et surtout faites bien attention à ne pas vous blesser.
  • Du papier essuie-tout : Vous allez pouvoir en mettre au fond de votre enceinte d’élevage, cela permet de garder un peu d’humidité, et cela facilite le nettoyage et la récolte des œufs.
  • Des écorces : En journée, cette espèce aime bien se regrouper derrière de grandes écorces donc n’hésitez pas à leur offrir quelques cachettes.

PRÉPARATION DE L’ENCEINTE :

Vous pouvez maintenant installer le papier essuie-tout au fond du terrarium, les écorces sur les côtés et votre pot de confiture troué et rempli d’eau prêt à accueillir vos plantes.

ENTRETIEN :

EAU :

Les Peruphasma schultei n’ont pas besoin d’un taux d’humidité très élevé donc vous allez pulvériser d’eau de pluie vos phasmes une fois par jour ou tous les deux jours leur permettant d’avoir un peu de fraîcheur et à boire. Pour autant, n’abusez pas car trop d’humidité peut nuire à votre élevage.

CHANGEMENT DE FEUILLAGE :

Pour la plupart des phasmes, le changement de feuillage peut être délicat étant donné qu’il y a souvent des phasmes cachés dedans. Pour les Peruphasma schultei néanmoins c’est un peu plus simple car en général les phasmes seront cachés dans les écorces et il n’y aura que quelques baladeurs qu’on peut replacer directement à la main.

RÉCOLTE DES ŒUFS ET NETTOYAGE DU TERRARIUM :

Que vous ayez mis au fond du papier essuie-tout ou que vous ayez laissé le fond nu, rien de plus simple.

Ceci est valable pour les personnes possédant des phasmes déjà adultes et donc qui ont des œufs. Sinon, vous procédez de la même manière, mais au lieu de poser toutes les crottes sur son bureau, direction la poubelle directement.

  • On replie l’essuie-tout sur lui-même afin de laisser tomber le moins de choses possible et on emmène le tout vers un endroit dégagé ou l’on pourra mieux trier les œufs ; par exemple un bureau. On étale tout le contenu du papier essuie-tout sur une feuille de papier blanche afin d’avoir une meilleure visibilité. Ensuite à l’aide d’une pince souple on récupère les œufs 1 par 1 pour les mettre en incubation. Si vous avez trop d’œufs, la méthode la moins cruelle de se débarrasser des œufs est la congélation.
  • Pour récupérer le fond et nettoyer en même temps, le plus simple reste de tout racler avec une spatule de bricolage. Ensuite pour le tri des œufs, même principe qu’au-dessus. On étale tout ce qu’on a récolté sur une feuille de papier blanche afin d’avoir une meilleure visibilité. Ensuite à l’aide d’une pince souple on récupère les œufs 1 par 1 pour les mettre en incubation. Encore une fois, si vous avez trop d’œufs, la méthode la moins cruelle de se débarrasser des œufs est la congélation.

INCUBATION DES ŒUFS :

Vous avez au préalable trié les œufs, et vous voulez qu’ils éclosent pour avoir plein de bébé phasmes qui courent partout ? Pas de soucis je vais vous dire comment faire.

  1. Vous prenez une boîte en plastique : par exemple une boîte de carottes râpées ou dans ce genre.
  2. Vous percez des petits trous dans cette boîte avec une aiguille, et vous remplissez le fond de vermiculite. C’est un substrat neutre que l’on trouve un peu partout et qui ne devrait pas moisir.
  3. Humidifiez le substrat en passant le robinet dessus sans pour autant détremper, on rappelle bien que les phasmes ne sont pas des insectes aquatiques.
  4. On dépose les œufs au-dessus et on referme la boite.
  5. Placez la boîte dans un endroit chaud et constant. L’idéal serait d’être dans un endroit où il fait en permanence 25°C.
  6. Attendez et surveillez l’humidité, si le substrat sèche ré humidifiez le.
  7. Il va falloir attendre plusieurs mois. Chez les Peruphasma schultei la durée d’incubation des œufs est d’environ 4 à 5 mois, donc ne stressez pas et attendez sagement.

OBSERVATIONS:

Lorsque les Peruphasma schultei seront apeurés ils vont vouloir se défendre de 2 manières :

Premièrement, ils vont exposer leurs ailes rouges afin d’effrayer les prédateurs.

Ensuite, si les ailes n’ont pas suffit ils vont expulser un liquide défensif odorant qui peut être gênant pour certaines personnes (c’est pour ça qu’il faut faire attention lors de la manipulation de cette espèce), personnellement ça me pique le nez.

Si malgré tous mes précieux conseils il t’arrive toujours des ennuis, n’hésite pas à me poser des questions dans les commentaires. Tu peux également aller lire mes autres articles sur les phasmes en cliquant ici si tu n’es pas encore sûr de l’espèce que tu aimerais élever. Aussi, n’oublie pas de me suivre sur ce blog et sur les réseaux sociaux afin de ne pas louper un seul de mes articles. Rendez-vous bientôt pour un nouvel article !

REMERCIEMENTS :

Je tiens à remercier Eliot Wild pour ses photos qui ont permis d’illustrer cet article.

Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.