Élever des phasmes : le Heteropteryx dilatata

Aujourd’hui un article un peu particulier, cet article est écrit en collaboration avec O.P.L.-Elevages d’insectes.

L’OPL ou Office des Phasmes et des Lucanes est un éleveur et blogueur amateur qui nous présente l’élevage d’une des plus grosses espèces de phasmes, le Heteropteryx dilatata.

Si vous voulez une espèce colorée, que vous avez beaucoup de patience et que vous voulez vous aventurer dans des élevages un peu plus grands que les phasmes bâtons habituels, vous êtes au bon endroit. Aujourd’hui, je vous propose un très beau phasme qui nous vient de Malaisie : le Heteropteryx dilatata.

Description :

Cette espèce vit dans les forêts de l’Ouest Malaisien. On l’appelle phasme dilaté, phasme épais ou encore phasme géant à cause de son imposante silhouette. En anglais, il se nomme « La Nymphe armurée de la jungle ». En Malaisie, les prédateurs de ces insectes géants sont des singes, donc à l’âge adulte, la femelle comme le mâle peuvent émettre une stridulation quand ils se sentent dérangés. Ce frottement d’élytres fait penser à un bruit de papier froissé, ou plus vulgairement un chat qui crache. Si cela est fait pour faire peur aux singes, ne vous étonnez pas la première fois que vous allez témoigner de ce mécanisme de défense.

Durée de vie :

  • Incubation : 1 an en moyenne, 2 ans ne sont pas rares
  • Développement (L1-L6/7) : 1 an
  • Durée de vie du mâle : 9 à 10 mois
  • Durée de vie de la femelle : 11 à 13 mois

Dimorphisme sexuel :

La femelle est verte. Elle mesure une quinzaine de centimètres et possède deux paires d’ailes. Elle peut peser jusqu’à 100 g, ce qui en fait le phasme le plus lourd du monde.

Heteropteryx dilatata femelle adulte

Le mâle, lui, ne mesure que 12 cm et est doté lui aussi de deux paires d’ailes qui lui permettent de voler.

Heteropteryx dilatata mâle adulte

Chez cette espèce, le dimorphisme sexuel est très prononcé.

L’Elevage : Heteropteryx dilatata

Tout d’abord je tiens à préciser que c’est une espèce qui possède un cycle de vie assez long et qu’il est préférable de ne pas commencer par le Heteropteryx dilatata en tant que premier phasme.

Je vous laisse découvrir mon article sur l’élevage de phasmes qui pourra vous donner quelques idées sur des espèces plus simples pour débuter.

Étape 1 : Température et Hygrométrie

Cette espèce a besoin d’une température d’environ 24°C et d’une hygrométrie élevée (70-85 %). Il est conseillé de pulvériser le vivarium une fois le matin et une fois le soir. Faites attention à surveiller les œufs car la moisissure peut facilement proliférer.

Étape 2 : Alimentation

On a l’habitude de croire que les phasmes ne mangent que des ronces, mais c’est faux, ce qui est pratique chez le Heteropteryx dilatata est qu’ils acceptent de manger une multitude de plantes. Par exemple : les ronces, le chêne, le hêtre, l’aubépine, le châtaignier, le noisetier

Bref, vous pouvez même faire vos petites expériences avec des arbres que vous avez près de chez vous, tant que vous continuez à mettre des plantes qui sont dans cette liste, vous pouvez ajouter des branches d’autre plantes pour tester un peu leur alimentation.

Étape 3 : Terrarium

À l’âge adulte, Heteropteryx dilatata est assez imposant, surtout les femelles. Un terrarium de 45 x 45 x 60 est donc idéal pour quelques couples adultes.

Attention ! De part leur taille et leur poids, il leur est impossible de grimper sur les surfaces lisses arrivé un certain stade, donc il faudra toujours que vous ayez des branches qui touchent le sol afin qu’ils aient moyen de retrouver de la nourriture et de ne pas rester coincés à tourner en rond au fond du terrarium.

Préparer son terrarium

  1. Mettez de l’essuie-tout ou de la mousse sur le fond du terrarium. (Pas obligatoire mais peut faciliter le maintien de l’humidité.)
  2. Ajoutez dans le terrarium un pot en verre (un pot de cornichons convient parfaitement).
  3. Dans le bouchon de ce pot en verre, vous allez vouloir faire un trou avec des ciseaux, demandez de l’aide à un adulte s’il le faut, il faut que ce trou soit assez grand pour mettre quelques branches d’arbres, mais pas trop pour que les phasmes ne tombent pas dans le pot.
  4. Ajoutez vos branches, référez-vous à la partie alimentation si vous ne savez pas trop sur quoi commencer.
  5. Ajoutez les phasmes.
  6. Si vos phasmes sont adultes, ajoutez un pondoir, sinon, vous verrez plus tard.
  7. Pulvérisez d’eau l’intérieur du vivarium.

Étape 4 : Reproduction et ponte

Chez cette espèce, la reproduction est sexuée mais elle peut être parthénogénétique dans certains cas. Contrairement à la plupart des autres phasmes, la femelle enterre ses œufs. Vous pouvez ici voir une femelle adulte pondre.

Heteropteryx dilatata ponte

Vous pouvez prévoir un pondoir en plastique avec 6 cm environ de substrat (je préconise du terreau, mais il est possible d’utiliser de la fibre de coco, de la tourbe, vermiculite, etc.) que l’on place dans le terrarium.

Une fois par mois environ, vous allez remplacer le pondoir par un nouveau, et vous allez donc vouloir refermer celui-ci pour qu’il garde son humidité et attendre quasiment 1 à 2 ans que les premiers bébés commencent à sortir.

Oeuf de Heteropteryx dilatata

Durant ce temps, n’oubliez pas de vérifier régulièrement que de la moisissure ne se forme pas, qu’il ne se dessèche pas, et que vous gardez le pondoir à la bonne température.

Étape 5 : Élevage des juvéniles

À l’éclosion, les petits mesurent environ 3 cm. La croissance est très longue car elle peut durer jusqu’à 1 an. Le mâle fait 6 mues, la femelle en fait 7.

On peut sexer les juvéniles dès la 2ème mue, les femelles vont avoir un abdomen plus large et se terminer en « pic » alors que l’abdomen du mâle sera plus fin et n’aura pas ce « pic ».

Ci-dessous l’abdomen d’une femelle.

Heteropteryx dilatata femelle L2

Ci-dessous l’abdomen d’un mâle.

Heteropteryx dilatata mâle L2

Quelques particularités… :

J’ai remarqué deux particularités très étonnantes chez cette espèce. La première est que les jeunes rapprochent leurs deux pattes postérieures et les collent à leur abdomen pour former une brindille accrochée à une branche lorsqu’ils veulent se camoufler. La deuxième est que dès que j’humidifie mon terrarium, une ligne rouge apparaît sur le corps des femelles… Peut-être une réaction à l’eau ?

Observation ligne rouge

Petit détail qu’il peut-être important de noter quand même, c’est que lorsqu’ils deviennent adultes, ils vont écarter leurs pattes pour se défendre, et les refermer rapidement sur nous en faisant des mouvement de ciseaux, ce qui peut laisser quelques marques voir aller jusqu’au saignement si on ne fait pas attention.

Il est aussi arrivé à quelques éleveurs chanceux d’obtenir des Heteropteryx dilatata gynandromorphe, c’est à dire, mi-mâle et mi-femelle. Je remercie Cécile tout particulièrement pour cette photo assez impressionnante.

Heteropteryx dilatata gynandromorphe

Si cet article vous a aidé à mieux comprendre et élever les petites bestioles, n’hésite pas à me suivre sur ce blog et sur les réseaux sociaux afin de ne pas louper un seul de mes articles, mais aussi à passer jeter un coup d’œil sur le blog de l’auteur initial de cet article : O.P.L.-Elevages d’insectes.

Il a plein d’autres articles sur les phasmes et les lucanes. Et comme toujours, n’oubliez pas, si vous avez une question, peu importe si elle vous semble bête, posez-la dans les commentaires et je vous dis à très bientôt pour un nouvel article !

Remerciements :

Je souhaite également remercier toutes les personnes qui m’ont envoyé des photos afin d’illustrer cet article :

  • Cécile Fonteyne – Si vous voulez en voir plus cliquez-ici pour consulter sa page Facebook : La Maison des Phasmes.
  • Mayk de Haan
  • Stefgot Letingtong
Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.